La citation qui fout le bourdon !

Publié le par PimentWouj

"Encore 3 films et j’arrête ! J'ai 50 ans, j'ai fait 7 films, environ 3 par décennie, donc 10 me semble être un chiffre assez juste ! Je veux partir au sommet. Je veux avoir une filmographie parfaite et elle l'est pour l'instant. Je ne veux pas tout gâcher avec un film de vieil homme flasque ! J’aimerai bien ne plus me consacrer qu’à écrire sur les films plutôt que de les réaliser." Quentin Tarantino

 

Réaction n°1 : HYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAHHHHHH !!!!!! WTF MAN ? HOLLY FUCKING SHIT !!! MOTHERFUCKER GOD DAMNED !!! DONNEZ MOI UNE CORDE JE VEUX ME PENDRE !!

Réaction n°2 : Les paroles s'envolent et les écrits restent. Q.T n'a pas couché ces mots sur un testament. Il peut revenir sur ses intentions à tout moment.

Réaction n°3 : Tarantino fait le choix de faire un bilan posé et raisonnable de sa carrière et anticipe afin de ne pas faire le "film de trop", celui qui laisse souvent un arrière-goût amère et des relants fétides qui ont la capacité d'alimenter pendant encore des siècles après Steve Jobs les torche-culs de petits scribouillards procrastineurs de l'innovation nommés "critiques cinéma" qui voient là leur seule et unique occasion de rejeter leurs frustrations sur l'illustre génie-ovni dont ils se rient - je m'emporte, je sais !

Réaction n°4 : Une fin de carrière précoce c'est aussi plus rapidement des goodies collector, best-of sur-protéinés en bonus et inédits de derrière les fagots qui pleuvent dans ta gueule de fan - mais je suis folle ou quoi ??? J'oublie qu'on a jamais eu droit au coffret collector pour ses 20 ans de carrière en France ??? - Pourquoi même ne pas rêver d'un book de photos de pieds des Taranti-Muses, qui auraient pu être prises par le maître  himself - parfois même à l'insu de leur plein gré des intéressées - et jalousement collectées depuis tout ce temps. 

Réaction n°5 : Je plaque tout - sauf mes chats/mon iphone/ma twingo/mes films de Tarantino en BD/DVD (rayer les mentions inutiles), je pars m'isoler dans le Kamtchatka et m'installer dans une yourte "made in china" cousue par un nain unijambiste tatoué-rasé-castré et j'écris LE scénard-de-ouf-de-la-mort-qui-tue qui donne envie à Tarantino de revenir sur sa mauvaise décision et tourner un p***** de film ultime, brillant, gageure d'une référence cinématographique unique pour des générations entières de boutonneux adeptes de la pellicule et de la salle obscure. 

Réaction n°6 : J'accepte cette éventualité fatidique et je mate l'intégralité de sa filmo en VO une fois par mois en me gavant d'Häagen-Dazs Marc de Champagne/Truffle et en m'aspergeant de Saint-Emilion - au nom du bon vieux temps où j'attendais l'annonce de son prochain long-métrage

Réaction n°7 : Je pars à L.A, deviens la "régulière" de Q.T, ponds des moutards et ensuite on fait comme son pote Robert Rodriguez : on écrit des scénarios basés sur les histoires rigolotes qu'ils inventent. Peu importe le réal, mon nom apparaît sur le générique de fin et j'obtiens une notoriété dérisoires mais internationale ! 

Enfin.....bref ! Les Inrocks, L'Express, Voici, ... Depuis qu'il est le Prix Lumière 2013 - et même depuis plus d'un an en fait, l'enfant terrible Quentin Tarantino parle de "retraite". Et il peut, à 50 ans et des brouettes? se permettre d'envisager sereinement une suite et une fin de carrière en un tonitruant "clap !". Je suis archi-fan, je vais chialer dans les chaumières et me demander ce que va devenir mon paysage cinématographique s'il ne s'enrichit plus de films de mon chouchou de réalisateur favorisé préféré chéri. Mais en "vraie" admiratrice que je suis, je ne peux que respecter son choix s'il le confirme et continuer à apprécier son travail passé tout en guettant ses contributions futures. Je me dis aussi qu'il a raison en considérant cet art comme suit :"Vive le cinéma !!".

 

Et pour les putains de culs de chanceux qui habitent Lyon et les alentours, la rétrospective Tarantino c'est en ce moment, alors merde bande de badass, profitez-en !!!

http://www.festival-lumiere.org/programme/r%C3%A9trospective-quentin-tarentino.html

Commenter cet article