Don't kill Mia

Publié le par PimentWouj

L'héroïne blanche ça vous dis quelque chose ? Depuis quelques temps elle est vendue massivement à la place de la cocaïne et donc à l'insu du consommateur. L'héroïne blanche est trop proche visuellement du produit demandé initialement pour être mise en défaut par les C-addict. Un ex-toxicomane, amateur chevronné des deux produits, a récemment déclaré :" La cocaïne c’est un stimulant, donc on va se sentir très très beau et très fort, au niveau physique et psychique, ça donne une grande assurance. L’héroïne n’a pas une réputation géniale. Une bonne héroïne vous met dans un état très léthargique. On s’endort gentiment et puis à un moment donné on arrête de respirer. C’est un arrêt respiratoire, l’overdose d’héroïne."

Le décès récent de trois jeunes anglais et l'hospitalisation de plusieurs autres à Amsterdam suite à ces "escroqueries à la vente" ont poussé le collectif créatif United Unicorns of Amsterdam à collaborer avec l'agence Digitas LBi Amsterdam. Ensemble ils ont créé le site Don't kill Mia en référence à Mia Wallace, l'égérie du film Pulp Fiction de Quentin Tarantino - j'arrive à écrire son nom en cet instant sans hurler, sautiller, baver... je dois m'inquiéter ou me féliciter ?.

  

Loin des slogans préventifs tels quels et autres messages d'alerte intempestifs, le site Don't kill Mia mêle à de vraies informations sur ce nouveau fléau, une scène culte archi-connue de Pulp Fiction : l'overdose de Mia Wallace, sauvée in extremis par Vincent Vega qui lui injecte une dose d'adrénaline avec une grosse seringue plantée sauvagement dans le sternum... Sauf que le site te propose de faire toi-même ton Vince et d'injecter l'elixir miraculeux en visant la fameuse marque rouge sur sa poitrine avec ton mulot électronique. 3 secondes chrono. 

Est-ce que cela sauvera vraiment quelques âmes de la perdition ? La perspective de voir entrer un burin dans votre tendre peau vous rendra-t-il plus attentif à l'achat ? Quoi qu'il en soit il est vrai que cette scène - putain ouais je surkiffe Pulp Fiction mais c'est pas que pour ça ! - met particulièrement mal à l'aise, tant dans le réalisme de la chute physique brutale de Mia que dans le moment improbable de "l'injection-catastrophe-faite-maison" lui même. Notons qu'outre l'aspect gaming, on est redirigé à la fin vers le site drugsalert.nl. Pour autant, ni la ville d'Amsterdam - qui n'a pas commandée cette campagne - ni les services de santé n'ont souhaité s'associér à cette démarche qui reste une initiative parallèle. 

Si on m'avait dit un jour qu'un machin sortant de l'univers de Tarantino servirait "d'exemple" ... je l'aurais jamais cru - smile. Perso je valide !

Commenter cet article