Saul Goodman : an american in Paris

Publié le par PimentWouj

Pour ceux qui ont eu la très bonne idée de suivre la série Breaking Bad - créée par Vince Villigan et qui ont récidivé avec Better Call Saul - toujours par le même Vince Villigan, le nom de Saul Goodman est loin d'être étranger à vos oreilles. Sans s'avancer à outrance, on peut déjà diagnostiquer Walter White et Saul Goodman comme nouvelles références de la pop-culture, à l'instar de Jeff "The Dude" Lebowski, Jules Winfield et Vincent Vega ou encore Alex DeLargeEt justement, la carrure pop et le charisme fictif de Saul Goodman l'ont fait dépasser les lignes du script de Breaking Bad pour s'offrir cette année son - délicieux - spin-off : Better Call Saul.
Cinglant du verbe, éclaboussé d'un peu de froussarderie, blagueur border-line, Saul Goodman est agréablement détestable et admirable. Il se sort lui et ses clients des situations les plus improbables, avec des tours de passe-passe à faire passer McGyver pour un débutant de la bricole. A l'image de l'anti-conformisme du personnage de sa nouvelle série phare, Netflix a commandé à son agence Ogilvy & Mather Paris une campagne Guerilla marketing assez bluffante. Ainsi sous forme d'affiches placardées dans Paris, une cinquantaine de conseils juridiques, contextualisés en fonction des lieux d'affichage, sont prodigués par votre serviteur de la loi préféré.
 
Le moins qu'on puisse dire c'est que le résultat est bien pensé et fidèle au poil près à la philosophie "Saulienne". Philip Heimann, Directeur Général d’Ogilvy & Mather Paris, déclare : « Il s’agit là d’une nouvelle illustration de l’audace de Netflix qui cultive une approche différente de la publicité. ». Pas sûre qu'ils soient les Pères Fondateur du concept de Guerilla marketing question rhétorique en fait, mais on peut dire que cette campagne souffle un gros coup de gaz dépoussiérant sur ce que l'on peut voir d'ordinaire pour le lancement d'une série. 

Publié dans ptitspiments, pimentwouj, WTF, TV, Pub

Commenter cet article