La crème glacée n'est pas que synonyme d’Été

Publié le par PimentWouj

l’Été, quand je pense à une gourmandise fraîche, il me vient d'abord l'image d'une pastèque : coupée en deux, perlée de jus, la chair rouge-orangée éclatante - c'est sexy une pastèque tavu ?. Je peux aussi penser à un thè glacé maison, voire un granité. Et pourquoi pas un smoothie fait avec amour, tiens. Mais il manque quelque chose... Ah oui - bon sang mais c'est bien sûr - du sorbet ! Quoi ? Oui je,... Pardon ?? On me souffle dans l'oreillette le nom d'une autre douceur : la crème glacée.

Je m'insurge en faux et sors mon véto fantaisie. Désolée, la crème glacée pour moi c'est déjà pas la salle de ciné; mais c'est encore moins l'Été. Allez je vous aide. On fait un pas en arrière sur la case de la lettre précédente dans l'alphabet : D. La crème glacée est pour moi la courtisane de la dépression.
Quant t'as le cafard bien encré dans ta caboche, tu peux bouffer de tout : chips Kettle Honey Dijon, yaourts Michel & Augustin Pêche larme de Menthe, tablette Milka Choco&Biscuit, gnocchis à poëler Lustucru avec Viandox - si t'en arrives là c'est vraiment la merde dude - etc... mais RIEN n'a la saveur vicieuse de la crème glacée. Véritable allégorie du glissement sournois et permanent de la joie de vivre vers la joie de rien; l'ice cream, dévorée par l'individu sus-diagnostiqué dépressif, est une façon savoureuse d'enfoncer profondément le clou. Et pendant cette période exit les petites joueuses de Carte d'Or, La Laitière ou Miko. On va plutôt choisir les spécimens les plus poussifs : le Chocolate, Pralines & Caramel de Häagen-Dazs ou le Karamel Sutra de Ben & Jerry's pour ne citer qu'eux.
"J'ai une grosse envie de faire caca... ah non c'est juste la dépression qui me fait prendre le jeu d'actrice d'Anne Hathaway quand je mange ma glace."

Pourtant le toubib t'as certainement refilé des anti-depresseurs; tu t'es imprégné des postures yogi-swag-sexy d'Hilaria Thomas Baldwin; t'as sucé comme une vampire la jeunesse désabusée pastel et joyeuse de Kendall et Kylie Jenner à travers leurs comptes Facebook respectifs; t'as envisagé le 100% vegan food ou le raw food pour être désirable dans ton intérieur; t'as lorgné d'un oeil mort le torche-cul bouquin d'EnjoyPheonix en te rappelant que ça c'est une bonne raison d'être dépressif... t'as même failli te taper Hapiness Therapy en version uncut - O_o. Rien n'y fait. Entre deux lectures d'articles du Monde, Society et Néon, tu tends irrésitiblement la main vers le Saint-Graal le pot contenant ton précieux mélange laiteux, gras, sucré. Véritable cristallisation de toute la crispation mentale et physique dont tu es bouffis, la "chose" est dégustée avec toute la honte qu'il faut pour se sentir foutrement bien. A chaque cuillère de crème glacée, c'est tout ton univers qui oscille entre sautillement jouissif infantile et persistance de l'échec et du repli sur soi. Et en plus tu persistes et tu aimes ça... et pas qu'en Été sacrebleu ! Parce que oui, non la crème glacée n'est pas un miroir aux alouettes destiné à distraire vos papilles en leur insufflant l'illusoire sensation de fraîcheur tout en brûlant votre langue et en vous collant une migraine instantanée. C'est un instrument de corruption travestissant la réalité noire dont vous tentez de vous sortir en plaçant devant elle un filtre pastel chaud - opacité 90% - vous incitant à foodporner plutôt qu'à vous remettre sur pieds. 

Au moment même où j'écris ces lignes je me dis qu'un petit rail de glace serait le bienve... ARGH ! mon congélateur est vide !!!! A quoi sert-il que je nourrisse généreusements mes bons à rien de félins si ce n'est pas pour qu'ils se chargent d'aller me chercher ma came crème glacée ?!

Excusez-moi j'ai une mise au point à faire et des entremets à base de protéines, matières grasses et sucres à aller chercher...

Commenter cet article