Âmes soeurs

Publié le par PimentWouj

Premier regard : basculement dans un vide enivrant. Ils vont entrer en collision; c’est semble-t-il inévitable. Mais les acteurs fuient déjà la scène ; déstabilisés par une sensation agaçante et fascinante d’attraction bipolaire. Doute ; suspicion ; émotion ; réaction ; ils laissent tout venir à eux, les renverser, les propulser ailleurs que sur Terre.
Le verbe de l’un cherche l’oreille de l’autre. La pensée du premier cherche la compréhension du second. Les regards s’évitent pour se rejoindre avec empressement. La machine s’emballe, incontrôlable, libérée. Le temps n’est plus qu’un concept révolu dans lequel ils réinventent les valeurs. L’espace est déformé en une bulle enveloppant leurs seules silhouettes, les coupant de toute intrusion humaine. Sans tendre les mains, ils sont déjà en train de se toucher; se caresser ; se dévoiler. Les chairs s’implorent. Les bouches se supplient. Les poumons n’appellent pas l’air mais le souffle que l’autre exalte. Une énergie lourde, démente, insolente sature l’air. C’est forcément une illusion, un mirage divin. Peut-être qu’un simple battement de cils va faire s’écrouler l’enchantement ?
 
Ils perdent la raison. Ils perçoivent déjà la danse des corps, les baisers emplis d’ardeur, les âmes noyées entres elles et la nécessaire présence de l’autre pour vivre désormais. Peuvent-ils prendre ça au sérieux ? Ils se connaissent à peine ; ne savent rien l’un de l’autre. N’est-ce pas juste une passion éphémère ; un coup de foudre impromptu ; une attraction sexuelle universelle ?
Non… Il y a autre chose… Un fil invisible s’est tendu entre eux. Un inaltérable mécanisme de raison a tourné en fond sonore. Mais c’est un simple écho masqué par les battements de leurs cœurs. Une émotion nouvelle, mêlée de peur et de soulagement, s’empare d’eux. Leur quête d’amour absolu est achevée dans un équilibre fracturé : bonheur de l’avoir trouvé et peur de se le faire enlever. Aucun des deux ne comprend ce qui les a liés si brusquement ; ni pourquoi ils veulent déjà tout se donner. Avant même qu’ils l’avouent, ils ont déjà commencé à s’aimer. C’est aussi beau qu’inattendu ; aussi exaltant qu’indécent. Le mot « amour » ne leur suffira pas pour définir cet unique sentiment. S’embrasser ne sera plus un geste mais un poème charnel. Se tenir la main deviendra une liaison organique, scellant leur pacte secret aux yeux de tous. Se regarder reviendra à jouer une romance sans paroles.
On les traitera de fous ; d’inconscients ; d’égoïstes ; de gamins amourachés. Mais il est déjà trop tard ; la métamorphose est opérée. Les âmes solitaires, malmenées, égarées; sont devenues des âmes jumelles, définitivement enlacées… des âmes sœurs.
 

 

Publié dans pimentwouj, ptitspiments, love

Commenter cet article

Telemak 23/10/2015 07:40

De mille saveurs une seule me touche,
lorsque tes lèvres effleurent ma bouche.
De tous les vents un seul m'emporte,
lorsque ton ombre passe ma porte.