#photodesoirée

Publié le par PimentWouj

T'as remarqué que parfois, au lendemain d'une soirée bien arrosée animée, tu tombes sur des photos bizarres, n'importekoitesques voire... improbables sur ton bon vieux smartphone - Non, je ne PARLE PAS de photos coquines sentant le Sex on the Beach de trop; mais juste d'images chelous ? Ainsi dimanche matin je suis tombée sur ça :
Dès lors, une question me tarauda méchamment l'esprit : quid du sens de tout ça ? L'auteur de cette dégradation de mobilier sub-urbain à fonction de confession scatophilo-nocturne cherchait-il à appeler l'âme et l'esprit d'Alfred de Musset? Dans un élan "liqueurisé", Lorenzo de Medecis est-il venu en personne le tourmenter et lui parler de l'humiliation dûe au sobriquet de Lorenzaccio ?
 
En fait non. Quelqu'un: un impatient, un anonyme de la nuit, a simplement tapé du bout des phalanges - les intermédiaires généralement - contre la porte. Et là, l'occupant provisoire des lieux aurait, on ne sait trop pourquoi, imaginé qu'il était l'écrivain en question et se serait empressé de graver son nom sur la porte. Comme pour se convaincre lui-même, il aurait ensuite souligné ledit nom. Mais notre passager de cette cabine de l'enfer aurait quand même perçu la faille, la singularité, le paradoxe aberrant. Et du coup, mu par un sursaut de lucidité, il aurait dégainé son feutre noir pour ajouter un point d'interrogation - mais.... attendez, QUI se balade avec un feutre noir dans un bar obscur le soir ???. A moins que ce trait et ce point d'interrogation ne soient l'oeuvre d'un autre malheureux occupant bouffi de délires tardifs interdits - et accessoirement armé également d'un feutre noir en soirée #parcequecestswag...
 
Evidemment, même Sherlock Holmes himself se casserait les dents sur cette énigme hautement mystérieuse - et tellement inutile, c'est donc vous dire si votre humble servitrice n'en connaîtra jamais le fin mot. Vivement la prochaine photo de soirée !

Commenter cet article