#DansLaBouche

Publié le par PimentWouj

Les mets sont là : parfumés, colorés et appétissant. La salivation est instinctive et pousse au mordillement tendre de l'évocation charnue inférieure. Les narines se dilatent, nerveuses, comme en recherche de ce parfum qui aiguise la faim. La tête suit la direction du sillage odorant. Les yeux se ferment, confirmant l'exquise saveur du moment; mais faisant mine de ne vouloir voir la suite s'ériger...
 
La culpabilité fait se redresser le corps; tandis que la main ignore le pêché et se tend déjà vers l'intention culinaire. La chair rencontre la matière alimentaire. La texture imprègne la pulpe des doigts. La chaleur excite l'extrémité de la membrane. L'envie de dévorer est là, irrépressible; la chose est tout à fait entendue. L'étau anatomique se resserre. La denrée est malaxée et observée avant d'être portée vers la fente échancrée.
 
Ouverture. La vapeur gorgée d'arôme répond à l'aspiration de la cavité buccale. Une humidité fine et tiède s'invite à l'intérieur. Pénétration. La nourriture rencontre les papilles gustatives. L'orifice se referme et les saveurs se distillent; subtiles et affirmées. L'esprit apprécie le mélange proposé; sa consistance et sa résistance. Et la gourmandise dévoyée finit par engendrer un plaisir ardent. Respiration. Comme si besoin était de confirmer l'enthousiasme de cette dégustation, une profonde et lente inspiration vient ponctuer la mastication. Le regard s'ouvre grand et va se perdre loin dans rien : picotement et myosis. Déglutition. Un gémissement à peine perceptible s'accompagne de clignements de paupières; signe d'une ingénuité à peine déguisée. Le bout de la langue passe précautionneusement sur les lèvres. Allers et retours avant de clore cette délectable réciprocité organique. L'intensité retombe légèrement; alors que l'attente de la prochaine bouchée se bouscule déjà devant l'entrée du palais.
 

Commenter cet article