Émotions silencieuses...

Publié le par PimentWouj

Regarde l'étendue de cette encre pixélisée: nulle volonté visible de se brider. Qui pourrait dire la raison d'exister d'autant de mots ? Combien de syllabes a-t-on déjà épuisées ? Je ne suis plus vraiment sûre de ce dont il s'agissait... 
Il y a toutes ces jolies phrases, garnies à outrance d'une dentelle de verbes pieux. Je t'en prie ne feint pas l'innocence; ta confession je l'ai feuilletée. Ces points de suspension n'illustrent aucune réticence. Ils préfigurent cette attraction que tu traverses en omettant de la saisir. Vos bavardages font moult boutures. Les répliques sont servies cuites à l'étouffée. Ta respiration se fait sourde. L'oxygène exhalé par sa prose est donc ton autre souffle?
Arrête de guetter la prochaine majuscule ! Relis entre les lignes; l'intention est déjà énoncée. Ses consonnes séduisent tes voyelles; tissant le cocon de langues mûres pour se délier. Les minuscules se pressent et s'agglomèrent en métaphores aguicheuses. Le point se fait désirer. Il se pose à demi; filigrane détournant l'attention d'une conclusion absente. Ajusté d'une virgule, il est adoré. Il comble de félicité cette hésitation tentante; cette occasion que personne ne veut déboutonner. Toutes ces paroles silencieuses éprises de sonorité; ces frôlements de mains acceptés de justesse... Tu es emplie du manque de ces choses qui n'ont jamais existé. L'empressement épistolaire mue en folle déraison. Paroles et ponctuations sont enivrées. C'est ton tour; reprends-toi. N'attends pas des lettres qu'elles te soufflent la prochaine réplique. Écris! Complète encore et encore son exquis couplet de ta parole versatile.
 
  

Commenter cet article