Feu de paille : Prometheus

Publié le par PimentWouj

 

 

Attention, cet article peut contenir des spoilers ou assimilés !


 

Il était une fois dans la mythologie grecque, un p'tit gars - juste un Titan en fait - nommé Prométhée - du grec Promêtheús ou "le Prévoyant". Pendant son temps libre, il décida, entre autres, de prendre une lichette de boue et un doigt d'eau pour créer les Hommes et de voler au nez et à la barbe du vieux Zeusinou le feu sacré, pour l'offrir à ces mêmes créatures... Evidemment il fut punit, mais ce n'est pas vraiment ce qui nous intéresse - s'cuse nous vieux mais ...

 

Ce qui nous intéresse c'est de comprendre pourquoi le réalisateur américain Ridley Scott à choisit pour son nouveau long-métrage, le titre Prometheus. Le moins qu'on puisse dire, c'est que ce film a beaucoup intrigué avant sa sortie. Beaucoup de fans pensaient déjà à un préquel d'Alien en voyant les premières images. Et effectivement, il y a des connexions plus qu'évidentes avec la tétralogie consacrée à la monstrueuse créature de l'espace. Sur ce point je ne m'étendrais pas, nombre de fans réellement passionnés par le sujets et pointus en diraient mieux que moi. Pour autant, Prometheus garantit-il le frisson et le mystère offert par tout film de SF de qualité digne de ce nom ?

 

Pour moi, la réponse est malheureusement non. Prometheus, si intriguant et alléchant quand il ne dévoilait qu'une partie de ses gambettes, est au final un fim au scénario coupé à la hache de bûcheron moyen-âgeux. Ainsi, on passe d'une introduction superbe au niveau de la photographie et audacieuse quand à la thèse affirmée dont elle pose les bases, à un interlude sur deux scientifiques émus au larmes devant des peintures rupestres - Pourquoi ? font-ils ces recherches depuis des années ? Ont-ils un projet en cours sur une découverte majeure ? Ont-ils une conjonctivite ou des poussières néolithiques dans les neonoeils ? - avec juste un lien en filigrane mais inexploité entre les deux.

 

Prometheus.jpg

David (Michael Fassbender)

 

Nous somme ensuite catapultés sur le vaisseau Prometheus en 2093 où un Michael Fassbender débandable au possible et figé réveille tous les larons présents à bord. Je vous passe le cliché monstreux des membres de l'équipage : le blackos de service (Idris Elba), le nerd/geek aux grosses lunettes moche et aux cheveux en bataille, le chinoaméricain fidèle et droit dans ses bottes, le couple de scientifiques amoureux de la chair comme de la science (dont Noomi Rapace), la garce de service (Charlize Théron), le scientifique-punk qui ne colle pas dans le décor mais s'avère pas-aussi-con-que-ça et le vieux Milliardaire véreux à la recherche de la vie éternelle (Guy Pearce). 


Prometheus.jpg

Elisabeth Shaw (Noomi Rapace)

 

Evidemment ils arrivent à destination. L'expédition de reconnaissance sent déjà le sapin et finit en pataquès-prévisible. Une sous-mission est confiée à l'un d'entre eux et les intérêts de chacun ne sont pas au diapason. Mais au fond tout ça.... ce n'est pas si grave. Qu'un film de SF contienne quelques dénominateurs communs avec ses aînés c'est presque normal. Non, ce qui est foutrement dommageable, c'est le catapultage aux oubliettes des idées que promettait - Prométhée ! Ha! Ha! Un jeu de mots ! .... je...pardon - ce film. Avec une référence mythologique comme le mythe de Promethée et la proposition faite au spectateur, d'envisager une vision de nos origines selon les thèses panspérmiques existantes, on pouvait s'attendre à mieux, surtout avec un réalisateur d'envergure comme Ridley Scott. Au lieu de ça, on est pris pour de gros béotiens, tout justes capables de voir de grosses explosions fracassantes, des moments aberrants - se relever d'un coup et crapahuter après une césarienne à l'arrache... non mais seriously ? - et des aliens très mal faits. Il y avait pourtant pas mal de questions posées auxquelles on aurait aimé avoir une réponse :

 

- La dissémination organique d'introduction, qui aurait aboutit à notre création, était-elle un accident ou une volonté - la scène est ambiguë... ?

 

- Que savait vraiment Weyland en finançant cette expédition et quelle mission exactement avait-il confiée à David - clairement il est là pour des raisons que tous les autres ignorent ?

 

- Pourquoi David contamine-t-il Holloway - là aussi on sent qu'il "sait ce qu'il fait" ?

 

- Pourquoi l'Ingénieur est-il si violent envers l'équipage - On ne sait même pas ce que David est censé lui dire puisqu'il n'y a aucune traduction ?

 

- Qu'est-il réellement arrivé aux Ingénieurs ?

 

On peu effectivement émettre des hypothèses et prétendre que par moment il y aurait de gros indices évidents. Mais pour moi ça n'excuse pas le manque de profondeur du scénario.

 

Prometheus.jpg

 

Bref, pour moi Prometheus c'est de la fumée vaporeuse sans le feu sacré. Les effets spéciaux et surtout la photographie du film et l'envergure des décors sont assez réussis. Pour le reste... même Michael Fassbender et Charlize Théron ont réussis à me blaser par leur jeu - et pourtant...Il faudrait d'ailleurs que je me rencarde mais pour cette dernière, on a l'impression qu'elle était en fait déjà plongée dans son rôle de reine glaciale de Blanche-Neige et Le Chasseur. Noomi Rapace quant à elle, confirme qu'elle de restera pas collée à Lisbeth Salender, mais ça ce n'était déjà plus un scoop je pense.. Pour finir, j'ai été assez déçue car j'avais en mémoire un des premiers teasers où on voyait Weyland/Guy Pearce plus jeune, expliquant à une assemblée le projet Prometheus. J'ai attendu jusqu'à la dernière minute du générique pour voir si on aurait droit à ces quelques instants : peanuts ! 

 

 

 

 

Prometheus ne promet rien du tout en définitive, si ce n'est quelques relents Aliéniques pour les nostalgiques et quelques minutes de SF-explosive pour les aficionados - et quelques euros deux heures et 3 minutes de perdues également. Vous pouvez demander à être dispensé ! A la place... allez donc faire un tour sur le site de Weyland Industries.

Commenter cet article

michel minary 06/06/2012 08:30

J'ai perdu ma soucoupe....suis confiné sur terre ad vitam æternam.

PimentWouj 06/06/2012 08:35



Alea jacta est



Fred Milongeroz 05/06/2012 19:53

D'abord, j'écarte la bouteille d'eau loin de la table. Je prends du pain, à portée de main, et je viens sur vos ptits piments... colorés!

Feu de paille, quand Prométhée nous anime, on veut briser les chaînes qui nous retiennent à ce rocher, on veut chasser cet aigle qui dévore sans cesse notre foie.
Dans ma "Shaula", Promothée visite l'Ariège, avec Raymond, archétype que j'aime.
Bienvenue à bord du Sarmiento, pimentons le voyage!

PimentWouj 05/06/2012 21:01



Merci bien mon Capitaine !



michel minary 05/06/2012 13:11

Merci...c'est une maman alien là ,les aliens gays çà n'existe pas!

PimentWouj 05/06/2012 21:01



^_^



minary michel 04/06/2012 22:56

Je voulais donner une suite à ce film (il m'a plu et je voulais en voir plus)..mais celle que je proposais est bidon ,çà ne peut pas marcher;
Les "Ingénieurs" me posent problèmes;

PimentWouj 05/06/2012 12:00



http://www.ufunk.net/wp-content/uploads/2012/03/Alien-lost-in-fashion.jpg


 


Enjoy ! 



minary michel 01/06/2012 22:40

Oui! on pourrait en discuter un moment ...et je les vois mal barrés partir dans l'espace ....mais la petite Noomi peut se faire alieniser ,activer une balise de secours,et le Nostromo capter le
signal....
Ouais....çà tient pas!

PimentWouj 04/06/2012 08:57



Ah mais... y'a comme un air de déjà-vu dans ce que tu dis là...^_^