Folie (bonus track : l'effet Bruce Toussaint)

Publié le par PimentWouj

Folie

Ça va mal. C'est la crise (et pas financière) ! La petite musique lancinante monte en moi doucement depuis un moment déjà... Marre... J'en ai marre de beaucoup de choses. Honteux, me direz-vous ! Car je me situe dans la moyenne des gens qui "surfent" entre 2 eaux. Je ne suis pas assez riche pour avoir des préoccupations mondainement angoissantes et pas assez pauvre pour devoir chercher ma bouffe dans les poubelles tous les soirs. Mais j'en ai marre !  Oh putain oui j'en ai ma claque de tout ! Mais le déclencheur je le connais : mon job. Je sens d'ici les relents de haine de celles et ceux qui sont inscris chez Po d'Emploi : "Kouaaaaaa !!!!???? Tu te plains d'avoir un job mais merde t'es encore une de ces pouffiasses qui voudraient toucher le chômdû sans rien branler de ta journée !!!".

En fait je n'ai jamais touché le chômage où une quelconque autre allocation à la con. Même du temps ou mon handicap (et oui EN PLUS j'ai un handicap ) m'empêchait "complètement" de chercher du travail, les instances bien pensantes des milieux autorisés à penser (merci Coluche !) avaient estimé que je ne méritais pas l'AAH (Allocation Adultes Handicapés). Donc non; me laisser vivre sur le dos de la société et de ceux qui bossent n'est ni mon kiff ni mon objectif. Mais quitter mon job actuel : oui. J'ai connu des boulots mal payés, des collègues de bureaux féminines connasses à souhait, des vieilles filles de l'administration française qu'un moindre clic de souris effrayaient, des postes "trop facile" pour lesquels j'étais sur-qualifiée...mais... C'est bien la première fois que je me sens inutile, creuse, transparente. Du coup, je commence à perdre (sérieusement) les pédales.

 

wei-yan-portraits-illustrations-08

 

Il serait trop long ici d'expliquer la lente (mais finalement presque prévisible) dégradation de mon poste actuel. Mon job d'aujourd'hui est comme un mauvais amant qu'on garde parce que c'est mieux que d'être seule et que, si on n'y regarde de moins près, il n'est pas le pire d'entre tous ! Il ne vous baise pas dans des positions fabuleuses et inédites, mais il fait le minimum (honnête) syndical. Mon taf, c'est pareil. Il n'offre aucune nouveauté, aucun défit, aucun challenge. Mais il m'offre une sécurité financière et des horaires faciles; chose qui, au regard de ma santé oculaire fragile, est (très) loin d'être négligeable. Mais au fur et à mesure du temps, les tâches ont perdu presque complètement de leur intérêt. Je n'ai pas l'impression d'apporter ma contribution à l'édifice et il me vient de plus en plus souvent l'envie de faire le test d'une absence en catimini, pour voir si on s'apercevrait de la différence... je pense que la réponse est : non ! Je touche tous les mois un salaire, certes merdique vu le coût de la vie dans le coin que j'habite, qui ne me semble pas mérité du tout ! J'ai honte d'être payée pour...rien !!


Il faut ajouter à ça une ambiance d'une bassesse qu'il me serait difficile d'illustrer... Petits complots digne d'une cours d'école, copinages façon "Club Dorothée", messes basses, coups tordus et vilains, communication opaque, gestion par la peur, les faux sourires et l'intimidation... etc ... j'en passe et des meilleures. Le rapport qualité/prix de mon taf (que j'occupe depuis 2006 maintenant) est plus que bidon. C'est un zéro pointé m'ssieurs, dames ! Sachez quand même que je ne suis pas juste une lâche blogueuse qui balance tout ça ici mais qui ferme sa gueule et sourit poliment quand sa patronne passe devant elle. Ça fait 2 semaines que je demande à être reçue par ma Directrice (dont la porte est censée être "toujours ouverte!" ... mon cul oui !!!) afin de lui faire part de mon malaise et de demander à être formée à de nouvelles choses pour relancer un peu la machine... Rien. Elle fait traîner jusqu'à ce matin pour me dire qu'elle attend le retour de son adjointe (ma chef directe) pour faire un vrai gros entretien et qu'en plus elle aurait des remarques à me faire sur ma "disponibilité" et ma "gestion des priorités".... Hem... je suis plus que versée dans l'art de l'auto-dérision et de la remise en question... Alors heureusement pour moi 1/ j'ai toute ma tête (pour quelques temps encore au moins...); 2/ je n'ai jamais oublié le principe suivant : "les paroles s'en vont mais les écris restent". Du coup j'ai parcouru pendant 30mn l'ensemble de ma boîte mail professionnelle pour constater je ne n'étais par encore complètement sénile et que oui, à chaque tâche demandée, il y a dans les minutes qui suivent un mail de ma part disant que c'est fait ou en cours... Alors que je demandais un simple entretien pour relancer les choses, on me fait comprendre que quand elles seront prêtes, à la volée, je serai reçue pour un entretien formel et de recadrage... j'ai sentie une montée de larmes que j'ai ravalées comme j'ai pu dans ma gorge ! Je viens surtout de me rappeler les 2 collègues en arrêt maladie depuis plusieurs mois juste parce qu'elles ne veulent plus faire leur taf ! Moi j'ai voulu en parler et désamorcer la bomba atomique que je deviens avant que ça finisse mal... finalement je crois qu'elles n'aiment pas la franchise, la montée au créneau, la réactivité ...De véritables femmes au travail quoi (et oui je suis une femme très anti-féministe...et surtout très réaliste)

 

A ce stade la dépression n'est plus juste seulement une vague idée..je suis en pleine dépression professionnelle.. je ne sais plus pourquoi machinalement je me lève pour aller ... quoi ? bosser ? faire acte de présence chaque jour ! Vous me direz alors : "pourquoi tu te casses pas de là"... Et bien simplement parce que je ne trouve rien. Je vois les mêmes annonces (inintéressantes) tourner dans ma branche depuis le mois d'août. Je ne peux aussi occulter mon statut TH et mes problèmes de santé visuelle... impossible pour moi de me retrouver dans une boîte qui me ferait faire 40h/semaine... sinon dans 2/3 mois maxi je serai sur le carreau (je suis déjà passée par la presque cécité... je n'ai pas envie de revivre ça). Ma boîte c'est mon mac et moi je suis sa prostituée attitrée... Je suis tenue par les couilles et je ne trouve pas de solution de rechange qui soit viable (et oui on a ses frais au quotidien... chose à ne pas oublier avant de dire à sa patronne d'aller se faire mettre chez les Bisounours !!)

 

wei-yan-portraits-illustrations-05.jpg

 

Bonus Track

Hier j'ai du avoir un fucking pressentiment. Parce que j'avais une sacré boule dans le ventre et dans la gorge dans l'après-midi. Au moment de prendre ma voiture pour rentrer du boulot, j'ai eu une montée d'angoisse et de tristesse pure comme je n'avais pas eu depuis longtemps. J'avais la nausée, l'envie de pleurer, des frissons, de la peur... J'essayais de reprendre mes esprits tout en conduisant quand je me suis aperçue que j'étais derrière un bus. J'ai levé la tête et je me suis retrouvée avec la bouille joviale de Bruce Toussaint (campagne de pub pour sa matinale sur Europe1). Impossible de ne pas sourire devant ce visage impassible, cool, bon enfant...j'ai souris ... et j'ai continué de sourire un peu malgré moi quand je me suis rappelée son passage dans C à vous (France 5) quelques jours plus tôt où il disait quel bonheur c'était pour lui de bosser maintenant chez Europe1, radio qui, quand il était jeune, lui avait donnée envie de faire son métier... Aujourd'hui je ne sais même pas quel job me ferait rêver ni quand, pour la dernière fois, j'ai été motivée d'aller travailler ...

 

Illustrations : Wei YAN 

Commenter cet article

erretega 12/09/2011 10:35


Le mot de CGX est le bon.
Le travail est certes la chose qui régit la vie autour de nous.
En attendant de prendre le large, courage.


PimentWouj 12/09/2011 11:32



Merci Erretega. Finalement rien que le fait, peut-être pas très pudique certes, d'avoir ouvertement déclamé mon malaise fait déjà du bien. Merci à toi de m'avoir lue sur ce point. 


@ bientôt !



Cgx 07/09/2011 13:03


Je ne sais pas quoi te dire a part le mot qui semble le plus approprié dans ce cas : courage !


PimentWouj 07/09/2011 13:39



Mais c'est déjà pas mal ! ^_^. Merci d'avoir pris quelques instants pour lire ce ramassis de noirceur pro-émotionnelle ! Bisous et @ bientôt dans une autre Galaxie !!