Garçon ! un Bellini please !

Publié le par PimentWouj

 

J'ai envie de partager avec vous un drame personnel que je vis depuis maintenant.... un laps de temps assez conséquent pour justifier ce papier - selon mon point de vue personnel en tout cas

Personne ne peut ignorer que tout femme respectable de ce monde qui se respecte - oui cette phrase est un peu tordue - se doit d'avoir son cocktail fétiche; véritable signature de sa féminité, de son charisme magnétique, de son pétillement intellectuel, bref, une authentique gageure de la sobriété de son esprit - ou pas. Outre le célébrissime Cosmopolitan de Carrie Bradshaw - vous m'excuserez de ne pas parler du White Russian de Jeffrey Lebowski mais l'honneur est aux dames ici, on peut citer la Margarita de Lynette Scavo, Susan Delfino, Gabrielle Solis et Bree Van de Kamp ou encore - pour revenir un peu à la réalité, le Raspeberry Lemon Sorbet de Gwen Stefany et Leighton Meester et pourquoi pas Le Truc Rouge de Uma thurman - sans oublier l'Auguste Gin Tonic de la Reine D'angleterre Elizabeth II.

 

carrie_cosmopolitan2.jpg

 

Tous ces cocktails - et les autres qui n'ont pas eu l'honneur d'être mentionnés ici - ont une histoire, une personnalité propre et un caractère bien trempé - non ,il n'y a aucun mauvais jeu de mots - qui, forcément, sied à celle qui en fait son breuvage-gris-gris. J'aurais pu moi aussi tomber dans la facilité d'un Cosmo, d'un Mojito, voire d'un Bloody Mary. Et alors j'aurais été comprise de tous les préposés au service de la préparation de boissons alcoolisées élaborées. Mais non, j'ai choisi - bien involontairement je vous l'avoue - de jeter mon dévolu sur un cocktail que nombre serveurs et tenanciers de restaurants feignent de ne point connaître : Le Bellini

 

Bellini.jpg


Deux mots suffisent à exprimer l'essence du Bellini : Sophistiqué et Délicat. Le Bellini est "Le" cocktail féminin par excellence. Son raffinement est égal à la simplicité de ses ingrédients : 


- 40ml de purée de pêche blanche

- 10ml de crème de pêche de vigne (ou de sirop de sucre de canne - bof)

- 70ml de Champagne Brut (de quoi remplir une flûte)


Le Bellini se prépare au verre directement. Cependant, pour offrir un parfum des plus subtil, il nécessite une préparation de la pêche. Inutile de dire qu'il faut oublier - impérativement - le nectar de pêche de la supérette du coin et la préparer soit même avec des fruits frais. Ensuite, il faut la mélanger avec la crème de pêche de vigne - ou le sirop de sucre de canne...mais décidément non vive la pêche de vigne - et laisser reposer au moins 2 heures au frais. Le Bellini se prépare à la minute en versant la dose requise de préparation de pêche avec le champagne dans une flûte. On mélange le tout avec douceur jusqu'à homogénéiser le suave breuvage et on sert. 


Malgré tout ces merveilleux points, le Bellini est un paria des cartes de restaurants et de bars - en tout cas du côté de chez moi. J'essuie tout d'abord et systématiquement un regard d'étonnement stupide, couplé à un tic de la joue plus que dubitatif quand je demande ce cocktail. Parce que oui, le serveur et/ou tenancier de bar-restaurant est un être susceptible, surtout lorsqu'on le met face à son manque de culture gastronomique. Ainsi donc, j'ai noté à chaque fois la goujaterie de l'individu en question qui, au lieu de simplement me dire qu'il ne connaît pas ce cocktail, me regarde et sous-entends que je l'ai inventé moi-même - genre la nana qui sort jamais de chez elle et s'est inventé un cocktail bidon, l'esprit lobotomisé par les répliques en carton de Grey's Anatomy ou Gossip Girl. Je fini par être même à la limite de l'angoisse verbale quand vient mon tour de commander ma boisson. La plupart du temps, blasée et non désireuse d'expliquer une recette qui ne sera clairement pas respectée - des pêches fraîches en cuisine qui n'attendaient que moi et mon Bellini... dans mes rêves - je me résigne à balayer le suspense d'un revers de la main en déclamant - non sans honte - "C'est comme un Kir Royal mais avec de la crème de pêche...". Cette phrase à elle seule constitue un état paradoxale et une insulte au Bellini qui surclasse de loin le Kir Royal, mais c'est pour moi la seule façon de pouvoir boire un Champagne-goût-pêche... Bref, mes papilles gustatives sont à chaque fois en berne.


C'est Giuseppe Cipriani, le créateur du Bellini qui doit se retourner dans sa flûte. Cet italien, patron du Harry's Bar de Venise - une des escales favorites d'Hemingway,  fondé en 1931 - a créé le cocktail en 1948, en hommage au peintre vénitien de la Renaissance Giovanni Bellini. Pour la petite histoire, la recette originale utilise du Prosecco frizzante (cépage de raisins blancs italien) à la place du Champagne


Le Bellini est simple et puis nom d'un p'tit grain de raisin, je ne vois pas pourquoi c'est si compliqué d'avoir un cocktail dans des lieux censés vendre des boissons alcoolisée ! Parce que oui, je ne suis pas bouchée - encore un jeu de mot ? mais naaaaan - je ne demande pas un cocktail que tout le monde s'évertue à snober dans un snack du coin ou dans une pizzeria. Je ne m'autorise à commander un Bellini que dans les pub, bar lounge - ou pas - ou dans les restaurants digne de ce nom. Le dernier en date fut d'ailleurs un excellent restaurant italien, où pour une fois je pensais ne pas avoir une fin de non-recevoir... que nenni.


Amis restaurateurs, barman et serveurs, faites un effort, apportez-moi un véritable Bellini - en attendant d'en déguster un inimitable à Venise chez Cipriani ! D'avance merci...

 

Harry's bar 

Calle Vallaresso 1323

30124 Venezia

Italia


harrysbar.JPG

Commenter cet article

CgX 18/09/2012 17:09

Rhalala, le Bellini, voui voui, bien connu !

A la bonne époque (entre 6 et 10 ans de cela), ce cocktail était à la carte de feu le Van Gogh dans le vieux Nice !

Depuis, c'est vrai que je ne l'ai plus revu dans les autres établissements...

PimentWouj 18/09/2012 18:34

Lançons un appel à Jacques Pradel !