Concert : Gershwin in love

Publié le par pimentwouj.over-blog.com

Où étiez-vous hier soir ?

En ce qui me concerne je n'en suis pas très sûre... Etais-je à Monaco ou... à Broadway ? à Manhattan ?

Une chose est certaine, j'étais en compagnie d'un des plus grand compsiteurs du 20ème siècle : Georges Gershwin.

 

C'est dans la chicissime citée Monégasque, au Grimaldi Forum, qu'était offerte une soirée inoubliable intitulée "Crazy for Gershwin"...

Pendant presque 2h30 (entracte comprise je vous rassure...), le philharmonique de Monte-Carlo, sous la direction de l'exceptionnel Wayne Marshall, nous a offert un condensé du best-of-the-best de G. Gershwin. Il était aidé dans cette belle entreprise par la sublime Kim Criswell, chanteuse au charisme saisissant, aussi douée dans un registre classique que dans les sonorités jazzy.

 

Ce qui frappe d'abord, c'est la complicité entre WM et KC. L'entrée en scène se fait en décalé par la chanteuse, qui passe d'un pas aérien entre les musiciens, pour revenir vers la sortie et bousculer le chef d'orchestre jusqu'à son piano (et oui monsieur Marshall ne dirige pas depuis un pupitre mais devant un piano...). Et puis ensuite vient l'évidence imposée par la voix de la chanteuse. On oublie immédiatement le décor austère de la salle des Princes pour se retrouver propulsé dans l'amérique des années 20. Serait-on dans un théatre new-yorkais ? Peu importe... Les airs s'enchaînent, entrecoupés d'introductions qui n'oublient pas l'humour, par la pétillante Kim (comprendre l'anglais un minimum sinon bullshit... ). Le public lui-même semble subir une métamorphose. Par 3 fois, alors que la chanteuse change de tenue, le public l'applaudit et même salue sa fraîcheur et son sex appeal  tout particulier par des "wooow" . On sent que certains se retiennent à peine de siffler d'admiration...

L' amour et la vie légère étaient à l'honneur dans ce programme fleurant bon les années folles : I Got Rythm, Summertime, Strike Up the Band, Embraceable You, But Not for Me,The Show Is On, ... Et puis même s'il serait dommage d'enfermer George Gershwin dans cette seule oeuvre. la Rhapsody in Blue était évidemment très attendue. Et quelle interprétation magnifique !! Wayne Marshall à la fois chef d'orchestre et musicien, alterne avec brio tout au long de ce sublime morceau. Mais l'apothéose tiens moins de la globalité de l'oeuvre elle-même que des improvisations offertes par WM. Il ouvre un nouvel espace, galopant seul pendant de longues minutes sur son clavier, nous emportant loin dans sa vision artistique de la Rhapsody in Blue. Jamais perdu mais toujours suprenant, il donne au spectateur l'occasion d'une version unique, à graver dans sa mémoire...

 

Et puis ce moment finit, la frénésie gershwinienne reprend dans tout sa splendeur pour finir magistralement avec un double rappel. (j'ai vu un noyau de brebis égarées partir dès la fin "officielle" du concert...bande d'inconscients ! ). Voilà des artistes reconnus qui savent reconnaître un public méritant, passionné et affamé...car ils nous en ont donné beaucoup et jusqu'à la fin.

 

Fan de la Rhapsody in Blue depuis plusieurs années, j'avoue que je n'avais jamais eu l'occasion de découvrir l'ensemble du répertoire de George Gershwin. Grâce au talent de Wayne Marshall, Kim Criswell et du philharmonique de Monte-Carlo, j'ai pris du plaisir à connaître d'autres de ses oeuvres. Et ma curiosité étant attisée, je pense qu'une incursion dans l'univers du maître se fera sans attendre...

 

grimaldi_forum_monaco_04.jpg gershwin.jpg

Commenter cet article

CgX 20/09/2010 19:17


Tu m'a donné envie ;_;


PimentWouj 21/09/2010 09:43



... Beau compliment, cela veut dire que j'ai su retranscrire dans mon article l'excellence de cette soirée ...