Noir Désir : Black Swan

Publié le par PimentWouj

Un jour, j'ai fait la connaissance d'un petit canard nommé Mathilda. L'animal était plutôt mignon, de pelage noir et brillant et avait l'oeil vif. Mathilda était surtout très intéressante pour sa prestance, son jeu de scène et sa prose. Elle eut la (folle) idée de s'offrir en première pâture au spectateur, sous le costume d'une jeune fille issue d'un milieu difficile et s'amourachant d'un tueur à gage solitaire au charisme charbonneux (Léon - 1994 - film de Luc Besson)... Ce fut une révélation ! Le petit canard n'était petit que dans sa taille mais pas dans son talent. Et l'image qu'elle donna resta gravé en moi... 

 

Et puis les années ont passées et le canard à grandi. Il s'est glissé dans d'autres personnages comme des plumes sur l'eau. Mathilda s'est finalement appelée Natalie et elle s'est payé le luxe d'être la belle-fille d'Al "Parrain" Pacino (Heat - 1996 - Michael Mann) puis la fille de Jack "Shining" Nicholson (Mars Attacks - 1997 - Tim Burton). Puis elle se met à faire des aller-retour, entre un monde où elle oscille entre une variété de rôles au cinéma et au théatre et ses études (jusqu'à Harvard) et un autre monde peuplé d'étranges créatures et où elle devient tour à tour reine et sénatrice (Star Wars ep I, II et III - 1999/2004 - Georges Lucas). 

 

Enfin, elle entre dans le monde adulte en posant un premier pied un peu timide sous le nom d'Alice (Closers, entre adultes consentant - 2005 - Mike Nichols), puis un autre plus affirmé sous le nom de Leslie (My Blueberry Nights - 2006 - Wong Kar-Waï). Et puis 5 ans plus tard, le petit canard aux plumes noires devient un cygne ... (Black Swan - 2011 - Darren Aronofsky).

 

Cette entrée en matière peut paraître longue, mais il vous fallait comprendre qu'avant d'être choisie pour ce rôle, Natalie (Portman) a en elle-même fait la métamorphose nécessaire pour "comprendre" le dilemme et la fragilité qui font l'aura d'un cygne. 

 

Il y a une semaine j'ai eu la chance (je pèse mes mots) de pouvoir assister à l'avant-première (niçoise) de Black Swan, le nouveau film du sombre Darren Aronofsky, mettant en scène dans le rôle principal Natalie Portman. Thriller glacial ayant pour décor l'antre du New York City Ballet, Black Swan nous plonge dans les tourments de Nina Sayers, danseuse appartenant au "corps" du ballet depuis 4 ans (autrement dit la troupe de bons petits soldats qui contribuent à gonfler les plumes du spectacle). Nina vit seule avec sa mère, Erica, une ancienne danseuse ayant abandonné sa carrière pour s'occuper de sa fille. Elles passent  leurs soirées ensemble, reprisant les chaussons de Nina, parlant de la danse et de son envie d'être choisie, un jour pour jouer un grand rôle... Et pourquoi pas la Reine des Cygnes justement !  Voilà tout l'enjeu de ce film : gagner, vaincre, vivre et survivre au double rôle Cygne Blanc/Cygne Noir du célébrissime Lac des Cygnes de Tchaïkovski !

 

BlackSwan

 

Darren Aronofsky a choisit de braquer sa caméra sur la petite oie blanche de la troupe. Nina est fragile, en quête de perfection permanente, allant jusqu'à oublier l'essence même de toute profession artistique : le plaisir. Nina ne danse pas avec son âme mais avec sa souffrance. Elle n'évolue pas avec son coeur mais avec sa peur, son inquiétude constante... Black Swan n'est pas un "petit illustré" sur le monde de la danse. Nous n'assistons pas à des querelles de tutus façon "club Dorothée". Non. Black Swan nous parle du perfectionnisme, de l'amour de la beauté artistique et de la dépendance qu'elle impose à l'âme. Nous sombrons avec Nina à chaque minute du film. Natalie Portman, emporte le rôle loin au firmament. Passionnée et torturée par la danse et par ses émotions, elle nous livre une prestation en noir et blanc finement travaillée. Etoile frigide, retenue, glacée; elle s'embrase et endossant le costume du Cygne Noir. Poussée dans ses retranchements par Thomas Leroy (Vincent Cassel époustouflant), directeur charismatique du ballet, par sa propre personnalité troublée, et par l'arrivée de Lily (Mila Kunis) une jeune danseuse "débridée", Nina exulte et crache la noirceur qui est en elle en se rapprochant peu à peu de son rêve. Dans un inexorable et fatal déroulé, elle danse à corps perdu jusqu'à la dernière minute du film.

 

Black-Swan-5 black-swan-de-darren-aronofsky-10362604cpxae.jpg blackswan.jpg black_swan_darren_aronofsky_natalie_portman_vincent_cassel_.jpg

 

On a beaucoup parlé des "transformations" d'actrice dans ce qui pouvait devenir pour elles des rôles à Oscar. Dans Black Swan, Natalie Portman n'a rien modifié de son joli minois. Cependant ses traits sont changés, tirés, fatigués et exaltés. Son corps, travaillé à la dur discipline des danseuses, est amaigri, musclé, souple. Le spectateur est halluciné, captivé par la fluidité de ses mouvements et par son inquiétante et troublante grâce. Sa paranoïa s'infiltre en nous, deviens nôtre... Notons qu'elle est très bien accompagnée par Mila Kunis, sensuelle et libérée à souhait et par Vincent Cassel, qui offre ici une prestation mêlée de virilité, de sensibilité et de mépris enroulé en écharpe. Notons aussi la présence au casting de Winona Ryder (méconnaissable) dans le rôle d'une danseuse en fin de carrière et de Benjamin Millepied (dans le rôle de David), danseur et chorégraphe français talentueux et désormais fiancé et père du futur enfant de Natalie Portman.

Black_swan_portman.jpg

Amateurs de grand cinéma, je ne saurais que trop vous conseiller d'aller voir Black Swan. Si vous aimez les thriller sombres taillés dans la chair et la sensualité artistique écorchée vive... courez et virevoltez jusqu'au premier ciné !

Commenter cet article

CgX 19/01/2011 19:23


Quoi, que lis-je ? Tu n'a pas parlé de son rôle dans "V pour Vendetta" !! (bouuuh, crie l'assistance) :P

Sinon, bel article ! J'avoue que ce film (Black Swan) n'est pas ma tasse de thé, et j'assume, mais merci quand meme ^_^


PimentWouj 24/01/2011 08:59



C'est vrai je n'en ai pas parlé car...je n'ai toujours pas réussi à "aborder" ce film... un oubli volontaire donc. Puis-je être pardonnée malgré tout ? ^_^



L u X 19/01/2011 13:35


Je n'aurais qu'une onomatopée en guise de réaction :



PimentWouj 19/01/2011 14:07



^_^ On s'comprend ...