Twingo is dead ! Only the 5 was Super !

Publié le par PimentWouj

Mars 2014

Un peu moins d'un an après la rédaction de ce post, le suspens n'est plus. Renault a présenté il y a quelques jours au Salon de Genève sa Twingo 3, censée être "dans l'esprit de la mythique R5Turbo" de la marque au losange. 

Fidèle à Renault depuis 12 ans, conductrice d'une Supercinq Five, d'une Twingo I Emotion et d'une Twingo II Dynamique, j'avoue que j'attendais fébrilement cette "renaissance" de la petite citadine bouillue - le mot n'existe pas - et attachante d'il y a quelques années. Les concept-car et autres rumeurs amateurs laissaient présager de quelque chose de construit, pensé, innovant, frais... Et bien personnellement je reste pantoise... Même si le retour d'un moteur arrière est, pour le coup, inédit aujourd'hui sur une citadine; ce n'est pas la seule chose qui fait un achat et un coup de coeur. Et là où on attendait de l'amélioration - en masse - de la part de Renault, c'est dans les finitions intérieures et extérieures. Râ-té ! A mon grand regret, j'ai trop facilement reconnu le style French Touch de ce constructeur adepte à outrance du "plastoc" moche et mal fini. C'est d'ailleurs à mon avis la traduction directe d'une déclaration de Laurens Van Den Acker quand il dit :"On a voulu retrouver l'esprit de la première Twingo". Oui ben c'est gagné : toujours les boutons grossiers, les plastiques colorés façon Fisher-Price, Un compteur qui semble dessiné par un enfant de 4 ans. des élastiques pour tenir des bouteilles dans les portières - sic - dont les vide-poches ont une profondeur misérable, un autoradio d'origine toujours aussi laid dans sa forme et son affichage, un pack entrée - bas - de gamme sans tablette avec le smartphone accroché sur un support comme ceux qu'on accrochait autrefois sur les grilles d'aération de la voiture et même... le retour de la boîte à gant sans fermeture - elle est donc payante (LOL) ! 

Le tout laisse une grosse impression de cheap et de kitsh détestable surtout quand le même Laurens Van Den Acker - rappelons-le Directeur du Design chez Renault - déclare :"Aucune voiture n'a une telle maniabilité avec une telle dimension. Même chose pour la maniabilité et les possibilités de personnalisation, à l'intérieur comme à l'extérieur."

Pour la maniabilité ça reste, c'est vrai, le - seul - point fort de la Twingo. Mais du coup c'est le cas depuis la création de cette voiture et ce n'est donc pas un exploit. Pour le reste, on peut dire que le môssieur ne manque pas de prétention. La personnalisation intérieure est inexistante et risible si on se réfère à la possibilité de mettre certaines parties en plastiques flashy et d'avoir, comme d'hab, un autoradio de série bidon et un bouton clim auto basique à mort. Le volant est tout juste "rigolo". Au final on a une Oui-Oui Car pour Grands Enfants qui ont de l'argent à perdre.

Quant à l'extérieur, 4 coloris seulement sont proposés. Mais quand on se rappelle certaines horribles possibilités de la Twingo I, on se dit qu'ils ont bien fait de ne pas pousser trop loin "l'hommage".... Ensuite Renault n'invente rien qui n'est déjà fait par d'autres, où à commencer chez eux avec le Captur. Idem, la porte arrière vitrée noire est déjà utilisée depuis belle lurette chez Peugeot, Toyota, Volkswagen, Volvo. Le reste a un arrière-goût de Fiat500 Abarth restylé. 

Pour conclure je dirai que le problème de cette Twingo 3 n'est pas qu'elle soit moche... Ce n'est pas le cas et d'ailleurs cela reste du goût de chacun et ça ne discute pas. Non le vrai problème c'est que Renault, malgré sa campagne pompeuse et ses effets d'annonce à rallonge, n'a rien innové du tout ! Pire même, le constructeur français n'a pas su prendre de recul et proposer une vraie citadine pour adulte et pas ce pastiche de voiture sortie d'un cartoon. Les finitions Twingo restent de mauvais goûts et n'évoluent pas d'un modèle à l'autre de la série. Les équipements proposés restent restreints et n'offrent rien d'inédit. Je n'étais pas naïve au point de m'attendre à une finition BMW pour le prix. Mais juste, pendant quelques instants j'ai cru que Renault allait avoir envie de se démarquer des concurrents, de mettre une gifle à tous, de nous épater et d'en donner un peu plus pour son argent au client... Tans pis. Pour ma part j'ai déjà dis bye-bye - clin d'oeil Super5 powaaaa - et sans regrets...

Pour quelques photos supplémentaires de l'habitacle rendez-vous ici

Pour une première analyse globale du véhicule, un très bon article ici

Pour la vision Renault de la chose c'est par ici

______________________________________________________________

Juin 2013

Te souviens-tu - ou peut-être le vis-tu encore - de la particularité de ses vibrations, du son si unique de son moteur, de sa première vitesse qui passe si difficilement, de l'indestructible - ou presque  pare-choc arrière de la relève "Super", de sa bouille un peu "cabot" ? De quoi Diable suis-je en train de parler ? De la Renault 5  - ou R5 pour les intimes - bien entendu – et aussi de la Supercinq par là même.

 Renault-5.jpg  

Renault 5 

Autocar, Caradisiac, Inside Line News, AutoPlus, … Plusieurs sites rapportent que Renault plancherait sur une version moderne de la – mythique - R5. Mais cela n’aurait évidemment pas de rapport avec la trépidante envie des aficionados de la petite auto de la voir renaître de ses cendres. En effet, quand Renault a fait revivre la griffe Gordini, déclinée sur les Twingo, Clio, Clio RS et Wind, sous forme de série spéciale, c’était bien évidemment avant-tout dans une visée commerciale à succès plus ou moins – presque – garanti. Dès lors, on peut se demander si une « R5 nouvelle génération » serait bankable. Rappelons qu'en 1972, la première Renault 5 a connu un succés conséquent avec plus de 5 millions d’exemplaires vendus à travers le monde. L’emblématique Renault 5 a même franchit l’océan atlantique pour apparaître sur le continent nord-américain sous le surnom de « Le Car » - et oui !!. Même ses différentes déclinaisons sportives, ont connu des victoires surprenantes en rallyes et courses sur circuit entre 1981 et 1988 : Rallye de Monte-Carlo, Tour de Corse, Rallye des Canaries, Tour de France, Rallye du Portugal, 24H de Chamonix, etc…

Mais même si ce palmarès d’antan – du temps de Grand-Maman – est louable, cela ne suffit pas à décider un constructeur à relancer un modèle abandonné depuis plus de 10 ans. L’idée est-elle même sérieusement évoquée chez la marque au losange? Un début de réponse – semi-concrête – a été donné en mars dernier dans une interview de Stephen Norman, vice président du marketing de Renault, au magazine Autonews.fr : « A terme, la Renault Twingo évoquera l'esprit de la R5, sera particulièrement spacieuse et sera à mi-chemin entre la Fiat 500 et la MINI […] Le badge Renault 5 est sur la table pour cette auto. Cependant, le nom n'a pas encore été décidé, et chez Renault nous ne faisons pas de rétro, ça ne sera donc pas une réinvention […] Le véhicule qui viendra après l'actuelle Twingo ne sera pas comme aujourd'hui, il sera plus "Twingo" que la première des Twingo, tout en étant extrêmement spacieux » Un espoir de voir un soupçon d’air connu de la R5 à l’avenir donc ?

Du point de vue de beaucoup – dont moi, cher lecteur attentif et fidèle, il y a quelques vraies bonnes raisons pour voir la Renault 5 revenir sur le devant de la scène :

1/ La Fiat Panda, L’Austin MINI est revenue, la Fiat 500 aussi, l’antédiluvienne Citröen DS s'est réincarnée, l’Alfa Giulietta a refait surface, alors pourquoi la Renault 5 resterait-elle un - vieux - souvenir endormi - et rouillé - des années 70?

2/ Le constructeur français pourrait user du - fort et non mort -  capital sympathie existant de la petite auto, dans l’optique de développer une nouvelle version de sa Renault 5 : petites dimensions, design fashion et exclusif, motorisations bien fraîches, blablabla…

3/ Une petite voiture rétro, chic et tendance instaur pour sillonner la ville ?... J’ai envie de dire what else ?

4/ Renault n’a pas encore investit le segment néo-rétro et pourrait ainsi se relancer sur une nouvelle ligne concurrencielle ; notamment en se démarquant des modèles du genre déjà sur le marché en développant un moteur arrière qui enverrait la puissance aux roues arrières justement. Cette nouvelle R5 pourrait aussi – enfin – être proposée en version électrique.

5/ La montée en flèche de passion sur les différents blogs et webzines qui ont consacré un article au sujet, montre qu'il y a une importante clientèle potentielle plus ou moins prête à revivre les sensations 5, "comme au bon vieux temps" - en français dans le texte. 

6/ La mode du "Achetez Français" n'a jamais été autant d'actualité, de même que le syndrôme du "C'était mieux avant". Dans un tel contexte, une nouvelle R5 ne pourrait que séduire et enthousiasmer non ? 

7/ Renault n'a jamais su imposer de concurrente sur le marché du coupé cabriolet (à part la Mégane). Vont-ils aussi se laisser distancer sur le marché des mini-citadines revival  ?

Cette liste est bien évidemment non exhaustive et vous pouvez y aller de votre bon coeur pour renchérir en arguments - ou pas. Et comme pour alimenter le foyer des fantasmes, le magazine AutoPlus s'est laissé aller à la fantaisie de jouer les "Calife à la place du Calife", en présentant des photmontages de ce qui pourrait ressembler à un futur modèle.

NouvelleR5 NouvelleR5 

AutoPlusR5

Nouvelle Renault5 selon AutoPlus.fr

Le site planeterenault.com a résumé l'idée ainsi : 

Comme nous vous le présentions sur un précédent croquis. La ligne générale de la voiture est quasi identique. Le concept se présente sous la forme d’une 3 portes qui est assez compacte, la ceinture de caisse est haute, et la surface vitrée a l’air assez généreuse, même si elle apparait comme étroite (notamment aux places arrières).  Les lignes sont droites, carrés, presque à angle droit, notamment avec le montant arrières. Celui-ci est d’ailleurs presque le seul élément de métal reliant le toit à la carrosserie. La disposition de la surface vitrée rappellerait celle de l’Espace (des montants avant, et montants de portes assez fins). Nous sommes très loin du futur design de la nouvelle Clio qui se veut fluide, et en douceur. On note la présence également des arches de roues assez prédominantes, rendant la voiture musclée. Concernant l’avant de la voiture, le concept car reprendrait les nouveaux codes imposée par Laurens van Den Acker, un logo surdimensionné, ceinturé par une fine moustache, qui se prolonge jusque sous les phares avant qui ont l’air sous dimensionné quand nous voyons ceux des voitures actuelles. Concernant l'arrière de la voiture, celui-ci est net, sans fioritures qui viendraient alourdir l'aspect général de la voiture. On note la verticalité des phares, ainsi que le logo Renault qui prend sa place au centre du hayon."

Mais cela reste uniquement du domaine de l'hypothétique. Et en attendant d'en savoir plus de la part de Renault himself, vous pouvez toujours souffler une bougie pour les 40 ans de la Renault 5 et faire vos propres croquis en rêvant, la bave aux lèvres.... 

 

40ansR5.JPG

Logo 40ans R5 source : http://www.renault-5.net/

Commenter cet article