TrashBook : Artères souterraines - Warren Ellis

Publié le par PimentWouj

 

 

Il est des moments comme ça, que l'on peut qualifier de hasards heureux - ou de putain de belles coïncidences si on est disons plus... expansif. C'est ainsi que sans vraiment le vouloir, au détour de mes explorations dans l'univers anarchico-déjanté du britannique Warren Ellis, scénariste de comics de son état, j'ai découvert qu'il s'était autorisé à écrire un roman : Artères Souterraines

 

ArteresSouterrainesEllis.jpg

Couverture - Artères Souterraines - Ed. Au Diable Vauvert

 

Rien que le titre déjà me donnait des envies de m'envoyer des champignons hallucinogènes et de me rouler dans la fange musicale d'un groupe de rock cocaïné en me drapant nue dans un poster géant de Las Vegas parano après m'être fait tatouer la gueule de Quentin Tarantino sur la fesse droite. J'étais loin de la vérité...

 

Mais présentons d'abord - même vaguement - le personnage Ellis. Ce monsieur est surtout connu pour avoir été l'architecte du rafraîchissement de la franchise Marvel Comics dans les années 90. Après un passage chez DC Comics, c'est chez Wildstorm que Warren Ellis va montrer toute l'étendue de son talent avec Stormwatch et The Autthority. Mais il va aussi marquer le monde des comics de son empreinte toute spéciale avec le succès fulgurant de Transmetropolitan, une série sans super-héros. Personnellement j'ai découvert Warren Ellis au début des années 2000 avec Planetary, série SF/Pop-art complètement bluffante, avant-gardiste et futuriste à souhait ! Le bonhomme étant très prolifique, je vous passerai la liste des oeuvres en cours que vous pouvez prendre en marche - sachez juste que MOI je suis Dr Sleepless et Anna Mercury... voilà...

 

planetary.jpg

Planetary - Warren Ellis et John Cassaday - Wildstorm

 

Revenons maintenant au sujet premier de ce papier - ce blog est sérieux, faut pas déconner quand même. Aux alentours de 2010, entre 2 écritures de scénars shootés à l'électricité venue de l'hyper-espace, Warren Ellis se donne le droit d'écrire un roman au vitriol : Artères Souterraines.

 

De quoi ça parle ? De Michael McGill, détective privé cynique à mort, qui ne tient qu'à un fil et vit en partenariat domestique involontaire avec le rat le plus vicieux et sournois de New-York - à la place de son ex-girlfriend devenue lesbienne. Déjà habitué des situations d'investigation douteuses et hard-core, à l'image de ce superbe extrait: "Je suis surtout très malchanceux. Vous savez qu'on m'a confié une affaire d'adultère, l'an dernier ? Et vous savez ce que faisez le mari, ces soirs-là ? Il avait fondé une sexo-secte qui s'introduisait par effraction dans un élevage d'autruches à minuit 3 fois par semaine. Vous savez ce qu'on ressent, quand on découvre huit mecs entre deux âges en pleine séance séance de sexe tantrique avec ds autruches? " ; Michael McGill se voit approcher par le chef de cabinet de la Maison-Blanche himself, qui lui demande de retrouver une version cachée de la Constitution des States, contenant certains amendements des Pères Fondateurs écris à l'encre invisible extra-terrestre.

Le décor est planté, mais il ne fait office que de film électrostatique sur vitre. Car Artères Souterraines est un nid de vices, de souillures humaines, d'anticonformisme sublimé et d'immoralité ensanglantée. L'atmosphère underground du roman d'Ellis n'est qu'une partie émergée de l'iceberg. Et on comprend vite qu'il n'y aura aucune limite dans ces pages sous acide. A l'image de Trix, la partenaire trash de Mc Gill - sorte de Lisbeth Salander non désabusée et délurée, Artères Souterraines baigne dans une atmosphère sexuelle et paradoxale latente. Ce duo de deux doux dingues se confronte au cru, à l'abjecte, au sordide, à la noirceur des bas-fonds de l'Amérique situé de l'autre côté du miroir... Comme le proposait le schéma de Matrix, il y l'Amérique qui suit la marche du temps, blasée et chronométrée et celle qui complote, réarrange la réalité, suinte et expérimente à tout va. Au long des pages du roman de Warren Ellis, on retrouve les ingrédients qui ont fait le succès de ses plus grands comics et un style littéraire plus proche du road-trip verbal à la Tarantino que de l'atmosphère linéaire classique d'un roman. Le résultat de cette alchimie malfaisante et décadente est tout simplement jouissif. 

 

Vous manquez de précision sur le mainstream, l'underground et vous ne savez pas ce qu'est le bukkake ? Vous devez lire Artères Souterraines, votre vie intello-émotionnelle en dépend ! 

 

Artères Souterraines - Au Diable Vauvert - 295 pages - 19€ (prix FNAC)

 "Imagine ça, comme une télé multifacette : sur un réseau normal, chaque chaîne diffuse au moins une émission que tu as envie de voir, ok? Et ben, sur mon réseau, ton émission préférée pas à toute heure. Toutes les émissiosn préférées de tous les internautes passent à toutes les heures. Disponible au moment où ils veulent les regarder. Additionne tous les utilisateurs de mon réseau, et t'as un plus gros audimat que celui de HBO. Ce n'est plus tendancieux mon pote. Si tu définis le terme mainstream par rapport à ce que tous les gens veulent regarder, alors tu trouveras pas plus mainstream que mon affaire."

 

 #WarrenEllis #ArteresSouterraines

 

Commenter cet article