régale-toi, médite, ouvre ton coeur : Mange,Prie,Aime

Publié le par PimentWouj

Samedi soir, une envie de ciné me prend - comme peu nous prendre parfois une envie de Nutella... Et il ne m'en faut pas plus pour tenter et réussir à convaincre une amie et son doudou-chéri de m'accompagner voir Mange, prie, aime de Ryan Murphy (Nip/Tuck), avec la sublissime Julia Roberts - maman du "sourire XXL".

J'avoue que j'ai été poussée vers ce film plus par une intuition que par une lecture détaillée de son résumé. En gros j'ai été le voir sans trop savoir pourquoi... Dans la bande-annonce vue le matin même, j'avais aperçu l'Inde, un éléphant, Julia Roberts en train de sourire et de manger une glace et Javier Bardem... cela a suffit à me convaincre.

Bref, il est donc 19h30 et des poussières et je me calle moelleusement dans mon fauteuil en velour rouge grenat, prête à me laisser envahir de scènes dégoulinantes de romantisme - je cherchais un peu une sensation Ben&Jerry's mais avec des images voyez-vous. Je me trompais...


      19472715.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100706_105457.jpg

 

Mange, prie, aime n'est pas un film romantique. C'est un voyage initiatique autour de 3 étapes clés, dans 3 pays différents. Ce voyage débute après que Liz (Julia Roberts) aie eu les "couilles" de mettre fin à la vie de couple qu'elle (ne) vit (plus) avec Stephen, son mari depuis 8 ans. Liz n'est plus heureuse, elle le sent, elle le transpire, elle le voit, .... elle est envahie par cette idée jusqu'à prier Dieu pour la première fois de sa vie en lui demandant secours - quand on en arrive là oui, effectivement, il est temps de faire quelque chose. Elle divorce, vit une petite aventure et quelques semaines plus tard, elle décide de quitter NY pour partir faire un voyage d'un an à travers l'Italie, l'Inde et Bali. Notons que cette impulsion est favorisée par une rencontre faite lors d'un précédent voyage à Bali où un shaman, Ketut, lui avait prédit certaines choses - divorce, retour à Bali, blablabla, ... Et là où ce film aurait pu partir dans un délire n'importekoitesque et parodique de la "femme-moderne-revisitant-son-destin"; Mange, prie, aime choisit la logique initiatique.


Ainsi en Italie, Julia vit sa liberté retrouvée. Elle mange - beaucoup -  et s'amuse en s'imprégnant de la Dolce Vita et de la Farniente à l'italienne. Elle revit, a bonne mine, l'oeil pétillant et le sourire large.

Puis vient l'Inde, où elle intègre une communauté s'inspirant du culte des gourous hindoue. Elle sue, elle se fait piquer par des moustiques, elle tente d'apprendre la méditation et le silence, .... elle rencontre un rescapé de l'amour, Richard, qui la surnomme affectueusement "Casse-croûte" - Liz continue de manger beaucoup. Et elle est touchée par le destin tout tracé de Tulsi, une jeune indienne de 17 ans qui se marie contre son gré.

Et puis forte de cet apprentissage karmique, elle (re)part vers Bali et vers Ketut. Entre méditation et vie simple, le temps d'aimer est revenu pour Liz, que le destin - généreux, met sur la route de Felipe (Javier Bardem plus "sensouel" que jamais), autre naufragé de la vie maritale. Comme dans tout bonne histoire d'amour, tout commence sur un quiproquos entre eux, pour se finir dans la douceur.


      19472718.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100706_105458.jpg 19472719.jpg-r_760_x-f_jpg-q_x-20100706_105459.jpg

 

Ce que l'on ressent en lisant un livre ou en voyant un film, dépend beaucoup de la vie que l'on mène à cet instant précis. Pour moi, Mange, prie, aime a été une claque, une révélation. Je suis restée par moment clouée en me demandant "pourquoi je ne fais pas la même chose ?". Sans parler de partir au bout du monde, je voudrais simplement oser franchir le pas de la porte vers la sortie, dire "au revoir" et recommencer. Pourquoi le courage manque-t-il à ce point parfois? J'aimerais avoir la force de prendre mon destin en main, tout comme Liz. J'aimerais oser me casser la gueule, perdre tout, prendre du poids et me sentir vivante, ... J'aimerais savoir à nouveau ce qu'est "aimer et être aimée". J'ai cru par moment être seule dans la salle, avec le film me regardant moi en me disant "Voilà ma vieille, c'est un exemple de trucs à faire si tu veux te sortir du pétrin !". Faire la sourde oreille j'aime ça ....  Mange, prie, aime ne m'a pas déprimée, loin de là. Ce film offre, à mon sens, un point de vue crédible sur la façon de transformer et reconstruire sa vie, quand ce que l'on a entre les mains n'offre plus rien d'épanouissant. C'est une histoire douce, pétillante, vitaminée et sucrée/salée. Julia Roberts et Javier Bardem forment un joli couple, inattendu et harmonieux.Si vous aimez les films traitant du coeur humain, et du voyage des âmes pleines de vie, aller voir ce film.

 

Manger, prier, aimer... quand je me lancerai, ça ne sera pas forcément ces mots là qui seront les miens... Quand j'arriverai à me "pardonner" certains moments de ma vie, viendra alors pour moi le temps de Vivre, échanger, aimer ...

ASAP inch'Allah !


19364000-r 760 x-f jpg-q x-20100322 052211

Commenter cet article

killaee 09/11/2010 11:10


Alors ma tite moko, ca y est je l'ai vu...

Mon avis : de super belles images, Bali est comme je l'ai laissé
La bouffe italienne m'a vraiment donné envie d'y aller,
Julia est à tomber et joue vraiment bien (elle a réussi a me faire couler la larmichette)
Quand a l'histoire si je lui trouve qq petite lenteurs et des moments de boboitude insupportable (scène du théâtre par ex)et de gros stéréotypes (baignoire a remplir en italie), l'hist est vraiment
sympa
Je ne pensais pas que ca se tiendrai jusqu'au bout du film
et c une sacré remise en question du couple.
Par contre la partie indienne m'a pas du tout donné envie d'y aller... Surement le côté trop "prie"
Quand à Bali et Ketuk au top...
j'ai adoré sa phrase finale que je retiendrai pour ce film : "Etre amoureux ne brise pas l'équilibre, l'amour est un élément à l'équilibre"


PimentWouj 10/11/2010 09:18



Ravie que tu aie passé un bon moment dans l'ensemble et que tu aie "bu" la champagnissime Julia ^_^. Et puis surtout merci de partager ici tes impressions.



L u X 27/09/2010 11:23


Cela m'a encore plus convaincu de mon désir d'aller un jour faire une retraite dans un ashram... Dommage qu'il n'y en ait pas de fiable en france !


Martin K 27/09/2010 11:11


Jolie chronique d'un film qui t'a parlé, semble-t-il. Je ne suis pas sûr d'aller le voir, mais tu es tout de même parvenue à susciter ma curiosité. Disons que d'autres sont pour le moment en tête
de ma liste de priorités. On ne sait jamais...

J'aime bien ce blog :)
Même si c'est mon premier commentaire, je reviendrai le lire de temps en temps... surtout si tu commences à parler cinéma ! ;-)

Merci et free hug pour le lien sur mes bobines à moi !


PimentWouj 27/09/2010 11:24



Merci Martin !


Effectivement il y aura des articles ciné par moment et entre autres "piments". A bientôt pour se lire mutuellement ^_^.


Free Hug et bisous