Séléction Cannes 2012 : De Rouille et d'Os

Publié le par PimentWouj

 

 

On dit que la Terre est née de la collisions répétée d'Astéroïdes, roches brutes et irrégulières. Leurs chocs et leurs fusions auraient créée la vie et un environnement pérenne... Un miracle en somme. Dans son long-métrage, De Rouille et d'Os, Jacques Audiard nous offre en spectacle l'impact entre deux forces sauvages :Marion Cotillard et Matthias Schoenaerts


derouilleetdos.jpg

Ali (Matthias Schoenarts) ©allocine.fr

derouilletdos.jpg

Stéphanie (Marion Cotillard) ©allocine.fr


L'histoire est celle d'Ali. A la dérive, sans argent ni travail, il a pris la tangente avec son fils Sam, 5 ans. Il atterrit à Antibes chez sa soeur Anna et son mari Richard. Là, nourrit et logé, il tente de repartir à zéro et se fait embaucher comme videur dans une boîte de nuit.


C'est là que sa route croise celle de Stéphanie, une insatisfaite éprise de perdition, dresseuse d'orques le jour et allumeuse d'hommes la nuit. Ali ramasse Stéphanie après une bagarre à la sortie de la boîte de nuit et la ramène chez elle dans la nuit. Il lui laisse un numéro, juste au cas où... Il est encore dans l'impasse, échaudé par ses galères. Elle a tout ce qu'elle veut : un mec, un métier-passion et un physique qui ne laisse pas le hommes indifférents. 


Marineland. Stéphanie est en pleine représentation avec son équipe et les orques. Le show est précis, millimétré et pourtant un accident terrible survient. Elle est amputée des deux jambes au-dessous du genou. Elle perd son compagnon et son job. 


Antibes. Ali fait désormais de la sécurité de nuit dans un supermarché. Il rencontre Martial ,installateur nocturne de caméras de surveillance du personnel. Martial le branche sur des combats clandestins. Ali reprends le chemin de la boxe, des entraînements et délaisse peu à peu les jobs alimentaires qui ne l'intéresse guère. 

 

Derouilleetdos.jpg

Ali et Stéphanie (Matthias Schoenarts et Marion Cotillard) ©allocine.fr


Comme le symbole de l'infini, le film se croise sur lui-même et les destins inversent leur tendance, sans pour autant que les personnalités s'ignorent. De Rouille et d'Os génère presque sans le vouloir la confrontation entre deux univers. Marion Cotillard apporte en Stéphanie, une fragilité provocante et un mépris sensible. Matthias Schoenaerts, lui, offre une brutalité innocente et insouciante et une générosité franche et maladroite. Jacques Audiard nous illustre une histoire humaine avant une histoire d'amour. Il met en relief la vérité de la douleur plutôt que la beauté froide qu'elle engendre. avec De Rouille et d'Os, il signe une histoire nue et crue riche en mots que l'on ne s'attend pas toujours à pouvoir entendre. Il n'y a ni édulcorants ni stabilisants dans ce film, mais bel et bien des saveurs fortes, voire même parfois violentes. 


Officiellement sélectionné pour la palme d'Or du Festival de Cannes 2012, De Rouille et d'Os est une adaptation du recueil de nouvelles de Craig Davidson, Un goût de rouille et d'os publié en septembre 2005. Cet auteur américain assez controversé traversa une période trouble du à son succès, enchaînant une consommation excessive de stéroïdes, et même un combat avec le poète Michael Knox pour promouvoir son roman suivant, Juste être un homme, centré sur le monde de la boxe. Craig Davidson publia en 2010 un autre roman, Sarah Court, évoquant l'envers du décor dans un petit lotissement américain. Je ne connais pas cet auteur, mais on peut dire que Jacques Audiard a signé ici un film empreint de justesse; offrant à Marion Cotillard un rôle - enfin - plus vrai que nature et à Matthias Schoenarts, une occasion de confirmer son talent après Bullhead (Michael R.Roskam - 2011). Rendez-vous le 27 mai prochain pour savoir si De Rouille et d'Os sera récompensé. En attendant le film est à l'affiche dans toutes les bonnes salles de cinéma !

 

Bonus : quelques explications sur les effets spéciaux utilisés pour les jambes de Marion Cotillard ici

Commenter cet article